juillet 6, 2022

Histoire de l’internet : d’ARPANET à HTTP 3

Qui a inventé l’internet ?

Quand le World Wide Web est-il né ? Jalons de l’évolution technologique, des origines à la technologie de demain.
Si vous lisez cet article, il est très probable que vous passiez la majeure partie de votre journée connecté au Web à naviguer sur des applications, des nouvelles de dernière minute et des réseaux sociaux. Mais combien d’entre eux se sont vraiment demandés où tout a commencé ? Aujourd’hui, il est normal de pouvoir connecter n’importe quel appareil électronique à Internet, mais à quel moment de l’histoire tout cela a-t-il commencé à prendre forme ? À l’occasion de la Journée de l’internet, on a décidé de retracer les étapes les plus importantes de la vie de l’internet : quand il est né, qui l’a inventé, et essayer de comprendre ce que l’avenir peut nous réserver !

Qui a réellement inventé l’internet ?

La première transmission de données
L’histoire du web commence à une époque technologique complètement différente de celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement : tout est né dans le “lointain” 1969 à Stanford, aux États-Unis. L’idée, très simple mais incroyablement avancée à l’époque, était d’interconnecter les ordinateurs de l’université pour permettre aux scientifiques de partager les informations trouvées sur différents appareils. Ces ordinateurs devaient ensuite être capables d’échanger des paquets en envoyant les informations fragmentées pour qu’elles soient réassemblées à la fin de la communication par le dispositif récepteur. Le premier message envoyé sur ce réseau de communication primordial était “Login”, mais seuls les paquets contenant les lettres “l” et “o” sont arrivés à destination avant que le système ne s’effondre. Il leur a fallu une heure entière pour redémarrer toute l’infrastructure afin de retransmettre – et cette fois avec succès – l’intégralité du message ! Le premier réseau de transmission de données entre différents appareils s’appelait ARPANET. Ce n’est que l’année suivante, en 1970, que le premier véritable réseau basé sur ARPANET a été créé : cette année-là, la première connexion entre Harvard et le MIT (Massachusetts Institute of Technology) a été établie.

Le premier courriel

L’avènement du partage d’informations entre un réseau d’ordinateurs a également entraîné la nécessité de pouvoir échanger des messages privés. Il n’a pas fallu longtemps pour arriver à la naissance du premier courrier électronique : en 1971, le premier courrier électronique a été envoyé en utilisant le réseau ARPANET. En même temps, il a été convenu d’utiliser le célèbre symbole @ comme séparateur entre le nom d’utilisateur et le nom d’hôte pour identifier le destinataire du message. L’année 1978, en revanche, est celle de l’envoi des premiers SPAM : des messages commerciaux non sollicités ont été envoyés à des centaines d’utilisateurs d’ARPANET.

L’expansion du réseau

Dans les années 80, ARPANET s’est développé pour atteindre plus de 30 000 utilisateurs connectés au réseau. La connexion d’un si grand nombre d’utilisateurs au réseau a été rendue possible par l’introduction du protocole de communication TCP/IP, toujours utilisé dans les connexions actuelles. Ce protocole, inventé en 1974 puis officiellement adopté depuis 1983, a permis d’établir des connexions de plus en plus robustes, minimisant la perte de fragments de messages et permettant d’établir des connexions stables et à plus grande échelle. En 1988, le premier chat en temps réel a été inventé : l’Internet Relay Chat (IRC), précurseur de toutes les applications de chat que nous utilisons aujourd’hui. En 1989, Tim Berners-Lee a rédigé sa première proposition de nouvelle infrastructure partagée : le World Wide Web. L’idée est née dans les murs du CERN, où les chercheurs avaient besoin de partager des informations non seulement au sein de leur département, mais aussi pour le monde entier. En fait, le CERN ne doit pas être considéré comme un laboratoire isolé, mais comme le point de convergence d’une communauté de milliers de scientifiques de plus de 100 pays. Tim Berners-Lee a compris ce besoin global de communiquer de manière fiable et rapide et, en octobre 1990, il a présenté les trois technologies fondamentales qui constituent encore le web :

  • HTML : HyperText Markup Language. La norme linguistique à la base des pages web
  • URI : Uniform Resource Identifier. Il représente l’adresse unique utile pour identifier chaque page web (communément appelée URL).
  • HTTP : HyperText Transfer Protocol. Le protocole de communication à la base de l’échange de paquets entre les appareils et les serveurs.

La première page web

C’est en 1991 que la première page Web a été publiée. Son contenu ? Bien sûr, l’explication de ce qu’était le World Wide Web ! Et la même année, le premier moteur de recherche capable de lire des informations non seulement entre les noms des fichiers partagés sur le réseau mais même à l’intérieur de ceux-ci a été lancé. Tim Berners-Lee a conçu cette infrastructure innovante sur un ordinateur NeXT, créant ainsi le premier serveur web. Pour éviter qu’elle ne soit accidentellement éteinte, il a collé une note manuscrite indiquant : “cette machine est un serveur.

Fiche de l’ordinateur NeXT

La sécurité sur le Web
De la première page web à aujourd’hui, l’Internet a évolué de manière exponentielle, en passant par des légendes comme Netscape et Napster (sans oublier la naissance de Google en 1998 !) Les technologies sur lesquelles repose cette évolution numérique sont les trois idées fondamentales théorisées et développées par Tim Berners-Lee : HTML, URL et HTTP. HTTP est le protocole à la base de toutes les communications Internet qui garantit la sécurité et la confidentialité des communications.

Le début : HTTP 1.1

La première norme de protocole HTTP a été publiée en 1997 et est actuellement encore largement utilisée dans les communications Web. Cette technologie est basée sur la communication TCP/IP, qui permet à un dispositif d’envoyer un paquet d’informations et d’attendre que le récepteur confirme que le paquet a été correctement reçu. Cette méthode élimine les erreurs de communication au fur et à mesure que chaque élément d’information est confirmé. La technologie HTTP 1.1 a permis l’introduction de plusieurs fonctionnalités utiles pour maintenir ouvert l’échange d’informations entre deux dispositifs (keep-alive) et la possibilité pour le client d’ouvrir plusieurs connexions TCP/IP avec le serveur afin de demander plusieurs flux d’informations simultanément.

Avec le protocole HTTP 1.1, il était possible de sécuriser les informations en les cryptant avec un certificat de sécurité SSL/TLS (TLS est le successeur de SSL). La connexion ainsi composée est appelée HTTPS et permet de protéger l’échange de paquets entre deux appareils en envoyant des informations cryptées et authentifiées. Toutefois, ce renforcement de la sécurité a entraîné une baisse des performances, car les appareils concernés doivent mettre jusqu’à deux secondes pour ouvrir la connexion protégée, ce qui affecte les performances des sites web.

L’adoption de HTTP 2

En 2015, le protocole HTTP 2 a été introduit et comporte des innovations utiles pour assurer de meilleures performances dans la réalisation des sites web. La principale nouveauté est l’adoption obligatoire des certificats de sécurité SSL/TLS afin de garantir une communication sécurisée : aucun serveur ne pourra garantir l’utilisation du protocole HTTP 2 s’il n’a pas préalablement installé le certificat SSL/TLS. L’autre grande nouveauté introduite par HTTP 2 concerne la manière dont les informations sont échangées : avec l’utilisation de HTTP 1.1, chaque paquet doit être envoyé individuellement et validé par le récepteur, tandis que HTTP 2 permet au serveur d’envoyer plusieurs paquets en même temps contre une seule demande du client. L’utilisation de HTTP 2 a permis d’améliorer considérablement les performances de chargement des pages web en exploitant au maximum le potentiel du protocole TCP/IP. En l’absence de problèmes de connectivité, cette technologie fonctionne au mieux, mais que se passe-t-il si la connexion n’est pas bonne ? Le chargement de la page entière est considérablement affecté (et cela peut être très mauvais, tant pour l’expérience utilisateur que pour le référencement) !

Nouveautés de HTTP 3 et de QUIC

HTTP 3 est la troisième et plus récente version du protocole HTTP : l’utilisation de la transmission TCP est supprimée au profit de la nouvelle transmission QUIC (Quick UDP Internet Connection). Créé en combinant la fiabilité du protocole TCP et la vitesse du protocole UDP, QUIC a été conçu pour réduire les temps de chargement lorsqu’une page Web déjà visitée est demandée : si un client a déjà dialogué avec ce serveur particulier, ce dernier peut déjà commencer à envoyer des informations sans temps d’attente, ce qui rend l’échange de paquets beaucoup plus rapide. Sur les sites qui ont déjà été largement optimisés conformément aux directives de Google, une augmentation supplémentaire des performances pouvant atteindre 3 % peut être obtenue.

PTC + TLS

La logique de base de QUIC est très similaire à celle utilisée dans HTTP 2 où il est nécessaire d’utiliser un certificat TLS, mais la communication se fait via le protocole réseau UDP. L’adoption de cette méthode de communication offre des performances élevées aux utilisateurs connectés à des réseaux lents ou à forte latence en gérant les communications différemment des protocoles précédents. En pratique, QUIC initie une communication en transmettant immédiatement toutes les données nécessaires à la validation de la connexion sécurisée TLS sans attendre de réponse du serveur. Le serveur répondra alors immédiatement avec tous les paquets nécessaires pour afficher le contenu demandé par l’utilisateur. La prise en charge de HTTP 3 a été officiellement publiée sur Google Chrome et Cloudflare en septembre 2019, et Firefox sera ajouté sous peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code