septembre 21, 2021

Y a-t-il une perte de volume ou de taille due à un dégonflement après une augmentation mammaire ?

Après une augmentation mammaire ou une mammoplastie, il existe une légende urbaine selon laquelle les seins sont d’abord très gonflés, puis ils diminuent, se dégonflent et perdent du volume ou de la taille, de sorte que la perception de la taille des seins peut changer. C’est l’une des principales préoccupations de nombre des  patients. Souvent, ils nous disent au bout d’un mois : ” Ça ne va pas baisser beaucoup plus, non, parce que j’aime ça comme ça ? Nous avons toujours dit que le sein perdra un peu de volume au fil du temps, jusqu’à un an, à cause de la déflation. Mais, cette affirmation est-elle réelle, est-elle étayée par des preuves scientifiques, et s’agit-il simplement d’un effet d’optique ?

Après une augmentation mammaire, le gonflement produit une forme artificielle.

La première chose à savoir est qu’après une mammoplastie, d’importantes modifications inflammatoires se produisent dans les tissus situés au-dessus de l’implant, notamment dans le muscle pectoral. Cela signifie que la forme après l’opération (dans les premiers jours), n’est généralement pas bonne, avec un effet de port de prothèses rondes malgré leur caractère anatomique (implants très hauts, décolleté artificiel, etc…). C’est normal, puisque l’inflammation produit une déformation importante de la forme du sein, et il faudra attendre un certain temps pour que l’effet final soit atteint. Cet effet de distorsion dépend beaucoup du type de patient. Chez les très jeunes filles, avec très peu de poitrine, une peau lisse, la déformation sera plus évidente et il faudra attendre plus longtemps pour que l’implant étire les tissus et obtienne une forme belle et naturelle. Au contraire, les femmes qui ont eu des enfants ou qui ont perdu beaucoup de poids, ont des seins à la peau flasque, dans lesquels, lorsqu’un implant est placé, le résultat sera très beau et naturel pratiquement dès la première semaine.

Les changements de forme après une augmentation avec une prothèse anatomique à double plan, qui est celle que nous réalisons habituellement chez la plupart des patients, ont été étudiés dans un article récent signé par des chercheurs de l’Université de Lausanne et Genève en Suisse, en utilisant la morphométrie géométrique avec des scanners de surface. La technique du double plan consiste à réaliser une coupe inférieure dans le pectoral afin que la partie inférieure de l’implant soit en contact avec la glande et non totalement sous-musculaire. Sur des images mammaires avant et après l’intervention, sur le dégonflement des seins après l’augmentation mammaire. On peut clairement voir comment le pôle supérieur s’aplatit, imitant une poitrine plus naturelle. De plus, la prothèse anatomique distend le pôle inférieur (courbe du mamelon vers le sillon), ce qui est très intéressant pour le naturel du sein, qui nécessite un pôle inférieur de longueur adéquate, car s’il est court, le sein aura l’air très opéré. Cet avantage est typique des implants anatomiques, comme précédemment commenté en d’autres occasions, la prothèse ronde déforme beaucoup moins ou presque pas le pôle inférieur du sein et tend à produire des résultats plus artificiels.

Les prothèses semblent “descendre” au fur et à mesure que les mois passent.

Un doute fréquent est de savoir si les seins, après une augmentation avec des implants en silicone, vont “tomber”. On dit souvent que les prothèses restent très élevées puis baissent au fil des premiers mois. Mais, cet abaissement est-il réel ?

Changements dans le pôle inférieur après sur le dégonflement des seins

Après l’Augmentation mammaire, ce qui se passe réellement, c’est que la distance entre C et C’ (pôle inférieur) s’allonge sous l’effet de la prothèse anatomique, et le double plan, qui fait que l’implant, dont la projection et l’arc inférieur est plus grand qu’un rond, provoque une grande distension de cette zone. Lorsque la ligne C-C’ (pôle inférieur) s’allonge, l’implant semble se déplacer vers une position plus basse. Ce n’est pas vraiment qu’elle s’est “abaissée” mais elle a distendu le pôle inférieur et semble donc moins haute et plus centrée sur le mamelon, cela se produit quelle que soit la taille des implants mammaires.  Cet effet ne semble pas se produire dans le cas des implants ronds entièrement submusculaires. En 2020, un autre article similaire a étudié les effets d’un implant rond inséré par voie axillaire dans un plan entièrement sous-musculaire (pas de double plan). Ils ont conclu que le pôle inférieur était à peine distendu. D’autres études réalisées avec des implants ronds dans un double plan ou en position subglandulaire concluent qu’ils distendent quelque peu le pôle inférieur mais moins que le pôle anatomique (environ 0,8 cm de moins).

En conclusion

Les implants vont modeler le pôle inférieur et donner l’impression de descendre, mais ils le feront surtout dans le cas des implants anatomiques, et très peu ou pas du tout dans le cas des implants ronds totalement sous-musculaires. Dans tous les cas, le sein ne tombe pas après une augmentation avec des implants anatomiques. Au contraire, comme on peut le voir sur l’image suivante, le mamelon subit vraiment une translation supérieure (il monte) au lieu de descendre après l’augmentation mammaire. Voir https://www.hug.ch/chirurgie-plastique-reconstructive-esthetique/augmentation-mammaire-par-prothese-mammaire pour en savoir plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code